Ravoirage ou ragréage : Quelle est la différence et quand les utiliser ?

Ravoirage

Publié le : 03 février 20247 mins de lecture

Faire face à des travaux de sol demande une compréhension claire des termes techniques et des processus impliqués. Deux termes qui surgissent souvent sont le ravoirage et le ragréage. Si ces mots semblent parfois interchangeables pour les non-initiés, ce ne sont pas des synonymes. Chacun détient sa propre signification, sa spécificité et son processus, tous reliés à la préparation des sols pour obtenir un fini lisse et parfait. Alors, entre ravoirage et ragréage, quelles sont les différences ? Et surtout, quand les mettre en pratique ? Plongeons-nous au cœur de ces deux techniques.

Décryptage des termes techniques : Ravoirage et Ragréage

En matière de construction, comprendre le choix entre ravoirage et ragréage est essentiel pour garantir la solidité et la durabilité des sols. Dans l’univers de la chape, ces deux termes techniques occupent une place de choix et s’avèrent être des processus indispensables. Pourtant, leur différence est souvent source de confusion.

Le ravoirage, souvent obligatoire, correspond à la mise en place d’une chape de ravoirage. Cette dernière, en agissant comme une couche intermédiaire entre le sol brut et la chape traditionnelle, assure une meilleure répartition des charges et une isolation performante. Par ailleurs, ce procédé favorise une pose chape sans défaut.

A contrario, le ragréage est une opération de finition qui intervient après la pose de la chape. La chape de ragréage, aussi appelée chape de finition, a pour objectif d’aplanir et de lisser la surface. Que ce soit une chape fluide, une chape béton ou autre type de chape, le ragréage garantit un sol parfaitement nivelé et prêt à recevoir le revêtement final.

En définitive, le choix entre ravoirage ou ragréage dépend du contexte de construction et de l’état du sol. Pour des recommandations précises, un e-book détaillé ou un webinaire avec des experts du domaine pourraient apporter des éclairages pertinents. En outre, une infographie détaillée sur les différentes étapes de ces processus ou un quiz interactif sur les besoins spécifiques du projet pourront aider à prendre une décision éclairée.

Spécificités et processus : De la préparation des sols au ragréage parfait

En matière de travaux de maison, la mise en œuvre du revêtement de sol nécessite une excellente préparation. Ainsi, le ravoirage et le ragréage sont deux techniques indispensables pour obtenir une surface plane. Chaque technique répond à des besoins spécifiques et s’utilise à des moments différents.

Comprendre les spécificités du ravoirage

Le ravoirage est une opération qui consiste à créer une couche de mortier sur le support, généralement en béton, pour enrober les gaines et obtenir un niveau des sols adéquat. Cette technique est particulièrement utile dans la mise en œuvre d’un plancher chauffant ou pour l’isolation thermique. Qu’il s’agisse d’une dalle en béton ou d’un sol en bois, le ravoirage intervient avant le ragréage afin de préparer la surface pour la prochaine étape.

Se familiariser avec le processus de ragréage

Le ragréage est l’application d’une couche fine de ciment sur la surface préparée, pour obtenir une planéité parfaite. Il assure la qualité du revêtement final, qu’il soit en carrelage, parquet ou autre. Il est essentiel d’éviter les erreurs courantes lors de cette opération pour obtenir une surface parfaitement lisse et de niveau.

L’importance du ragréage pour un sol parfaitement lisse

Pour une maison avec des sols irréguliers, le ragréage est la solution idéale. Avec une épaisseur minimale de 30 mm, cette technique permet d’obtenir une surface plane, idéale pour le revêtement de sol. Le ragréage ne se limite pas à l’enrobage des gaines, il permet également de couvrir l’ancien revêtement, offrant une structure solide pour le nouveau. Il est à noter que le classement UPEC, qui évalue la résistance d’un revêtement, est à prendre en compte lors du choix du ragréage.

Caractéristiques

Ravoirage

Ragréage

Épaisseur

> 30 mm

< 30 mm

Application

Enrobage des gaines, isolation thermique

Obtenir une planéité, recouvrir l’ancien revêtement

Revêtements compatibles

Tous types

Carrelage, parquet, etc.

Choisir entre ravoirage et ragréage : Critères, conséquences et bonnes pratiques

Devant un sol présentant des imperfections, choisir entre effectuer un ravoirage ou un ragréage devient primordial. La détermination de cette nécessité est fonction de critères précis. En effet, le choix se fait de par la nature des irrégularités et l’épaisseur minimale à rattraper. En construction, le ravoirage est essentiel pour assurer une pose parfaite de la chape liquide, garantir le passage des tuyaux et gaines électriques et obtenir une isolation thermique ou acoustique optimale. Le ragréage, quant à lui, est souvent utilisé lors de rénovations pour rattraper les imperfections d’un sol existant. Le type de mortier utilisé, qu’il soit traditionnel ou fluide, influence également ce choix. Par exemple, le mortier fluide est plus adapté pour des épaisseurs plus importantes, grâce à son séchage rapide.

En ce qui concerne les aspects techniques et les prix, ils varient en fonction du professionnel choisi et de la région où se trouve le chantier. Une étude réalisée par l’entreprise Sud Est Chape, a démontré que le prix de pose pour un ravoirage est généralement plus élevé que celui d’un ragréage. Cependant, il offre plus d’avantages à long terme. En effet, le respect des normes DTU 26 est obligatoire pour garantir une réalisation de qualité. Le non-respect de ces normes peut engendrer des conséquences fâcheuses.

Technique

Prix moyen

Avantages

Ravoirage

20 à 40 €/m²

Isolation, Passage des gaines et canalisations

Ragréage

10 à 30 €/m²

Rattrape les imperfections du sol

Comment choisir les vêtements de travail adaptés à votre métier ?
5 bonnes raisons de confier sa maison sur mesure à un professionnel

Plan du site